Wiki Civilization
Advertisement
Wiki Civilization


Civilopedia[]

Histoire[]

La position de l'Espagne sur la péninsule ibérique, entre l'Afrique du Nord et l'Europe, a fait d'elle un territoire important dès la préhistoire et jusqu'à nos jours. Autrefois première puissance impériale, l'Espagne a par la suite essuyé des guerres dévastatrices et des siècles de tumulte politique. Depuis la découverte et la colonisation du Nouveau Monde, jusqu'à son rôle dans de nombreuses guerres d'indépendance, l'Espagne est l'un des rares pays à pouvoir se vanter d'une influence si constante et étendue.

Géographie et climat[]

Le royaume d'Espagne est le 51e plus grand pays au monde. Avec une superficie de 504 030 km2, c'est le pays le plus étendu de l'Union Européenne, après la France. La majorité du territoire est composée de hauts plateaux et de chaînes de montagnes, dont la Sierra Nevada au sud, et les Pyrénées à l'ouest. Le point culminant de l'Espagne est situé sur l'une de ses îles : le volcan Teide de Tenerife, appartenant aux îles Canaries. Le climat espagnol est incroyablement varié, même si l'on met de côté les colonies. Les régions du sud bordant la mer Méditerranée profitent d'un climat méditerranéen et semi-aride, la plaine centrale d'un climat continental, et le nord du pays alterne entre des températures océaniques et montagneuses. Et contrairement aux idées reçues, en Espagne, la pluviométrie est plus élevée en montagne que sur les plaines.

Les premières années : de Cro-Magnon aux Celtes[]

Les preuves archéologiques laissent à penser que l'arrivée des premiers hommes sur la péninsule ibérique remonte à près de 32 000 ans, la grotte d'Altamira fournissant un compte rendu célèbre de leurs périples. Deux groupes principaux se partageaient alors la péninsule, les Ibères et les Celtes, les premiers occupant les régions au sud et à l'est, tandis que les seconds vivaient dans les zones nord et ouest. La péninsule était un lieu de choix pour le commerce, et de nombreux marchands grecs et phéniciens mirent en place un marché d'or et d'argent florissant, principalement avec la ville de Tartessos, la Séville actuelle. Quelques colonies commerciales phéniciennes, grecques et carthaginoises furent fondées le long de la côte méditerranéenne, mais les populations locales conservèrent le contrôle sur la majorité de leur région, et ce malgré l'afflux d'or et d'influences étrangères.

Les romains débarquent[]

Cette situation perdura jusqu'à environ 210 av. J.-C., lorsque les Romains s'emparèrent des colonies carthaginoises au cours de la Deuxième Guerre punique. Les Romains lancèrent alors une campagne vers l'intérieur de la péninsule ibérique, où ils prirent possession de la quasi-totalité des territoires. Au cours des 500 années qui suivirent, les Celtes et les Ibères furent sévèrement "romanisés" : les familles de l'aristocratie locale passèrent dans la noblesse romaine, les routes et postes de commerce romains fleurirent sur les terres, et de nouveaux systèmes d'irrigation furent mis en place, parmi lesquels les célèbres aqueducs. C'est aussi à cette époque que le christianisme fut introduit et rapidement adopté par la population locale. Rome, cependant, perdit peu à peu le contrôle de la péninsule (désormais appelée "Hispanie" ou "Ibérie") lorsque l'invasion de la Gaule par les Germains chassa les peuples suevi et vandales vers l'Ibérie, en 409 de notre ère. Les tribus ainsi déplacées fondèrent un nouveau royaume (correspondant à la Galice et au Portugal actuels), et Rome ne put rien faire pour les en empêcher. Les Vandales se répandirent rapidement à travers l'Ibérie, laissant aux Romains une petite région côtière, au sud : la Spanie. Les Romains byzantins espéraient reprendre l'Ibérie depuis ce point, mais la péninsule tomba bientôt sous le joug des Wisigoths.

L'armée des Maures[]

Les Wisigoths gardèrent le contrôle de l'Ibérie trois siècles durant, jusqu'à une invasion soudaine menée par l'Empire islamique des Omeyyades à travers la péninsule. Les redoutables armées maures traversèrent le détroit de Gibraltar depuis l'Afrique du Nord et conquirent la totalité de l'Ibérie en sept petites années, de 711 à 718. Le nouveau pouvoir islamique permit aux catholiques et aux Juifs de continuer leurs pratiques religieuses, mais leur imposa des taxes spéciales et certaines pratiques discriminatoires. Bien que ces préjudices aient été mineurs pour l'époque, de nombreux habitants se convertirent peu à peu à l'Islam. Malgré des objectifs et des cultes communs, la discorde régnait au sein des envahisseurs. Des groupes de Maures ne tardèrent pas à se former pour s'établir de leur côté, principalement dans les régions de Valence et de Grenade. Au XIe siècle, les territoires musulmans se divisèrent à nouveau, permettant aux quelques royaumes catholiques restants d'élargir leurs frontières. Les Catholiques et les Musulmans continuèrent pendant des siècles à se disputer le contrôle de l'Ibérie, ce qui donna lieu par la suite à la Reconquista (ou Reconquête).

Reconquête, unification et Inquisition[]

Officiellement lancée en 722 avec la Bataille de Covadonga, la "Reconquista", ou Reconquête, désigne la tentative par les Catholiques de libérer l'Ibérie du joug musulman. De nombreux royaumes catholiques d'importance, tels que les Asturies et Aragon, furent fondés au cours de cette période, mais la plupart des royaumes musulmans résistèrent vaillamment. Pendant les 700 années qui suivirent, une lutte pour le contrôle de la péninsule ibérique fit rage entre les Catholiques et les Musulmans : des forteresses furent érigées puis détruites, des pouvoirs et des équilibres renversés, et des frontières redessinées presque en temps réel. Malgré la lente progression des royaumes catholiques en Ibérie, aucun véritable vainqueur ne put être désigné. Cette situation trouva toutefois son issue lors de l'union fatidique des royaumes de Castille et d'Aragon, par le mariage d'Isabelle Ière et de Ferdinand II, en 1469. Les deux monarques menèrent de front une attaque contre le fort islamique de Grenade, et mirent ainsi un terme, en 1492, à 781 ans de règne musulman en Ibérie. Cette année fut triplement importante pour les monarques ; Christophe Colomb, sous le mécénat d'Isabelle, débarqua aussi en Amérique, initiant ainsi la colonisation du Nouveau Monde, tandis que l'Inquisition obligeait les Juifs d'Ibérie à se convertir au Christianisme sous peine d'expulsion, voire d'exécution.Le royaume nouvellement unifié d'Isabelle et de Ferdinand prit le nom d'España (ou Espagne) et devint, grâce à ses riches colonies du Nouveau Monde, la première "puissance mondiale" de l'époque.

L'Espagne impériale, à la tête du Nouveau Monde[]

À son apogée, l'Empire espagnol possédait des terres dans le monde entier, des vastes propriétés d'Amérique du Nord et du Sud aux petits domaines d'Europe, sans oublier les diverses villes d'Afrique du Nord ainsi que la totalité des Indes orientales. Les Espagnols dominaient le monde en ces temps de découverte, accumulant richesses et opportunités commerciales de par leurs nombreuses colonies et principautés. On disait alors, avec raison, que le soleil brillait toujours sur une partie de l'Empire espagnol. Les nouvelles routes commerciales reliant l'Espagne au Nouveau Monde n'étaient pas seulement sources de connaissances et de culture, elles fournissaient également de nouvelles ressources telles que des métaux précieux (de l'or, par exemple), des épices, et des plantes. L'âge d'or espagnol vit également naître des réformes intellectuelles et spirituelles, avec notamment la montée de l'Humanisme, les débuts de la Réforme protestante, et la naissance de l'École de Salamanque.

Conflits et guerres, pas de répit pour l'Espagne[]

Mais la toute-puissance ne vient pas sans responsabilités, tout du moins si vous ne voulez pas voir des pirates barbares prendre d'assaut les villes côtières de votre empire. En plus des menaces pirates et ottomanes grandissantes, l'Espagne se retrouva régulièrement en guerre contre la France. Le tumulte religieux et les guerres ébranlèrent l'empire catholique, la Réforme protestante engageant l'empire dans des manœuvres militaires toujours plus importantes à travers l'Europe. La population épargnée par les conflits ne réchappa malheureusement pas à la peste, et dans les années 1650, l'empire tout entier fut ravagé par la Grande Peste de Séville. Cette époque amorça le déclin de l'Espagne, qui perdit peu à peu ses possessions européennes suite à sa séparation d'avec le Portugal et les Pays-Bas, puis essuya divers revers militaires au cours de la tristement célèbre guerre de Trente Ans. Bien loin de sa fierté passée, l'empire fut menacé et détruit par des guerres incessantes pendant près de deux siècles. Au XVIIIe siècle, Napoléon Bonaparte envahit le pays par surprise en prétextant être en route pour le Portugal. Au début du XIXe siècle, une révolte nationaliste visant à renverser le gouvernement d'occupation français mena à la guerre d'indépendance, ou "guerre péninsulaire". Malgré leur victoire sur les Français (en grande partie due à la campagne russe désastreuse de Napoléon), le pays sombra dans le chaos politique le plus total. Comme l'exige la coutume impérialiste, l'Espagne eut bientôt à faire face à de multiples guerres d'indépendance au sein de ses colonies, parmi lesquelles la plus que notable guerre hispano-américaine. Le XXe siècle ne fut pas plus tendre envers l'empire déchu ; au cours des années 1930, la guerre d'Espagne, souvent considérée comme la première bataille de la Deuxième Guerre mondiale, mit un gouvernement fasciste autoritaire à la tête du pays et emporta un demi-million de vies. Ce n'est qu'à la mort du général Franco, en 1975, que la monarchie fut restaurée, première lueur d'espoir pour l'avenir de l'Espagne en 300 ans.

Le présent et le futur[]

En 1978, la démocratie fit ses grands débuts en Espagne avec l'approbation de la Constitution espagnole. Le roi Juan Carlos mit enfin un terme à la rébellion et aux mouvements nationalistes radicaux qui ravageaient le territoire, principalement menés par un groupe de terroristes basques. En 1982, l'Espagne fit son entrée à l'OTAN, avant d'adhérer à la Communauté européenne, future Union européenne, en 1986. Depuis sa glorieuse époque de puissance impériale majeure, jusqu'aux siècles de conflits intérieurs comme internationaux, l'Espagne s'est reconstruite et a su retrouver le devant de la scène mondiale, pour devenir aujourd'hui la neuvième puissance économique mondiale et le dixième plus haut niveau de vie de la planète. Un grand pourcentage de la population du monde trouve racines en Espagne, des ferronneries de la Nouvelle-Orléans à la foi catholique des Philippins. Rares sont les nations actuelles pouvant se targuer de posséder une influence aussi lointaine et continue que l'Espagne impériale, aussi bien à son apogée que de nos jours.

Le saviez-vous ?[]

Les conquistadors sont des soldats et explorateurs espagnols ayant fait la conquête d'une grande partie du Nouveau Monde, au cours des XVIe et XVIIe siècles. Étant parvenus à chasser les Maures d'Espagne, les conquistadors étaient des cavaliers aussi habiles qu'aguerris. Capables de traverser à cheval des terrains accidentés, ils étaient particulièrement efficaces face aux indigènes du Nouveau Monde, qui, ne possédant pas de chevaux, ne pouvaient échapper à leurs redoutables ennemis.

Advertisement